Etre Amapien, c’est…

AMAP : Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne

Être Amapien, c’est…

  • Soutenir une pratique agro-écologique
  • S’inscrire dans une dynamique de territoire et de solidarité
  • Chercher à rendre cohérent le soutien à l’agriculture avec la dynamique d’un territoire et les besoins d’une population
  • Participer à l’appropriation citoyenne des enjeux agricoles et alimentaires (lutter contre les pollutions et les risques d’une agriculture industrielle, etc.)
  • Favoriser une gestion responsable et partagée des biens communs

Les principes de l’AMAP

– Recréer du lien social entre citadins et paysans de la région

– Apporter une sécurité financière à des paysans en s’engageant dans une démarché d’agriculture durable

– Favoriser l’accès et éducation à une alimentation de qualité

Les engagements de l’AMAP

– Economique : déterminer en toute transparence avec les amapien-ne-s un prix forfaitaire stable, garanti et équitable sur la durée du contrat ; mettre en oeuvre les moyens nécessaires visant à assurer la livraison régulière des parts de production définies par contrat, etc.

– Ethique : mener leur activité et la faire évoluer dans le respect des principes de la charte des AMAP, en coopération avec les amapien-ne-s ; être transparent-e-s sur les pratiques de culture, élevage et de transformation, etc.

– Social : créer et entretenir des liens avec les amapien-ne-s ; sensibiliser les amapien-ne-s à leur métier et à la vie de la ferme ; s’impliquer dans la vie de l’AMAP (livraison, communication, animation, relation paysan-ne-s, continuité des partenariats, réseau,…), etc.

 

Le mouvement des AMAP

Adhérer à l’AMAP, c’est d’abord manger de bons légumes bio produits localement en consommant responsable, mais c’est aussi s’inscrire dans un vaste mouvement global de pratiques et d’idées.
Petit historique des AMAP

La toute première AMAP en France a été créée à Aubagne en 2001 sur les modèles des CSA (Community Supported Agriculture) américaines. Les premières expériences de partenariats producteur/consommateur avec préfinancement d’une production locale et sans traitement chimique sont apparues avec les Teikei japonais dans les années 60 avant d’essaimer en Suisse, aux Etats-Unis, au Canada, etc. On compte plus de 1 200 AMAP en France. Au Japon, les AMAP (Teikei) touchent un quart de la population !

Pour en savoir plus : Les AMAP sur Wikipédia

Le réseau des AMAP

Les AMAP franciliennes se retrouvent périodiquement au sein de groupes Interamap et au sein du réseau AMAP Ile-de-France. Les réseaux régionaux sont fédérés au sein du mouvement inter-régional MIRAMAP qui fait lui-même partie du réseau international Urgenci. Ces différents réseaux accompagnent le développement du mouvement et défendent les valeurs et les pratiques des AMAP.
Les valeurs des AMAP

Les valeurs, les objectifs et la philosophie des AMAP sont détaillées dans la Charte des AMAP éditée par le MIRAMAP (2014 – 1ère version en 2003) et dans la Charte de l’agriculture paysanne (1998).

Publié dans Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*